Les 5 meilleures bandes dessinées de Jean Mœbius Giraud

Jean Giraud, plus connu sous le pseudonyme de Mœbius, est un illustrateur et dessinateur français né en 1938 et mort en 2012. Possédant un talent éblouissant pour le dessin, il avait un style presque surréaliste qui mêlait parfaitement des aspects de la réalité avec des objets ou des personnages imaginaires ou fantastiques, ce qui lui a permis de travailler aux côtés de nombreux scénaristes et réalisateurs, tant dans la bande dessinée que dans le cinéma, illustrant pour de grands éditeurs comme Marvel et DC, et étant estimé et respecté par des personnalités aussi variées que Federico Fellini, Stan Lee, Hayao Miyazaki, entre autres.

Voici les 5 meilleures bandes dessinées de Jean “Mœbius” Giraud.

#5 Le Garage Hermétique (1976)

Une bande dessinée intentionnellement incohérente et sans intérêt par moments. L’intrigue tourne autour d’un astéroïde de la constellation du Lion appelé le “Garage hermétique”, qui abrite un univers de poche apparemment infini qui donne naissance à toutes sortes d’êtres et d’aventures. Cet astéroïde est observé et étudié par le Major Grubert depuis son vaisseau spatial Ciguri, qui tourne autour du “Garage”, et d’où il observe les divers événements étranges qui s’y produisent, dont beaucoup impliquent Jerry Cornelius, un personnage classique de la bande dessinée française.

#4 Arzach (1975)

Il s’agit d’un recueil de 4 histoires sans dialogue se déroulant dans un univers fantastique et presque onirique. Le héros de la bande dessinée est Arzach, un guerrier extraterrestre qui pilote une créature ressemblant à un ptérodactyle au-dessus d’une planète effondrée, peut-être le résultat d’une guerre apocalyptique. Ses aventures ont un caractère surréaliste, passant par des endroits qui pourraient être considérés comme banals et d’autres qui semblent tout droit sortis d’un rêve psychédélique. Cette bande dessinée étant parue dans le magazine britannique Heavy Metal, elle a servi d’inspiration pour le segment animé de Taarna, dans l’adaptation animée de 1981.

Voir aussi : Les 7 meilleurs films d’animation basés sur des bandes dessinées indépendantes

#3 Le Monde d’Edena (1983)

Ecrite et illustrée par Mœbius, cette série de 6 arcs narratifs auto-conclusifs a la particularité d’être initialement née comme une série d’images publicitaires pour le modèle “Star” de Citroën. L’histoire tourne autour de deux êtres spatiaux de sexe indéterminé, Stel et Atan, qui s’écrasent sur une planète apparemment déserte et doivent partir à la recherche d’aide. En chemin, ils découvrent que la planète possède une flore, une faune et un camp de réfugiés entourant une structure pyramidale comme une divinité ; cette pyramide est un pont vers d’autres mondes et réalités.

#2 The Long Tomorrow (1975)

Il s’agit d’une bande dessinée de science-fiction policière courte (16 pages seulement) écrite par Dan O’Bannon, dont l’intrigue rappelle celle des films noirs de détectives privés tels que Le Faucon maltais (1941), mais qui se déroule dans un avenir ultra-technologique, devenant ainsi un pionnier du genre cyberpunk et servant d’inspiration à des films tels que Star Wars (1977), Alien (1979) et Blade Runner (1982). L’intrigue implique le détective Peter Club, qui est engagé par l’archétype de la femme fatale noire pour retrouver le cerveau manquant du président.

#1 L’Incal (1980)

Aussi connu sous le nom de La Saga des Incales ou Les Aventures de John Difool. Il s’agit d’un scénario de science-fiction de Jodorowsky avec des éléments métaphysiques, divisé en 6 intrigues dont le personnage principal est John Difool, un détective médiocre qui entreprend un voyage pour trouver l’Incal, un objet en forme de petite pyramide qui a le pouvoir de modifier le destin de l’univers. Au cours de son voyage, il est rejoint par différentes personnes qui recherchent également l’Incal et sont persécutées par une secte qui vénère la contrepartie de l’objet cosmique (l’Incal noir).